14-15 octobre 2017 : Après leur résidence de cet été, l’Oumupo et l’Oubapo s’associent à nouveau pour la Fête de la Science, au Vaisseau à Strasbourg !

Sérialisme détendu

Pour un '''Ouvroir de création Musicale Potentielle'''
Aller à : navigation, rechercher

Le sérialisme détendu est un procédé d’écriture inspiré du sérialisme historique.

Définition

Le sérialisme pose comme contrainte qu’une note ne doit pas être ré-entendue avant que n’aient été jouées les onze autres notes de l’échelle chromatique (qui doivent de ce fait être réparties sous forme de série). La présente contrainte propose une approche plus détendue, à savoir qu’aucune note ne doit être ré-ré-entendue (ou même ré-ré-ré-entendue) avant que n’aient été entendues (une ou plusieurs fois) les onze autres notes de l’échelle.

En d’autres termes, il est possible (et même obligatoire) d’utiliser chaque note deux fois (ou même trois, selon le degré de détente choisi par le rédacteur) avant que le compteur ne reparte de zéro.

Utilisation

L’on voit donc que la nécessité d’une série n’est plus ici un pré-requis. En effet, cette contrainte reste agnostique quant à l’ordre des notes : il ne s’agit pas d’appliquer une série de 24 ou 36 notes au lieu de 12, mais simplement de ne pas faire entendre une note plus de deux fois tant que le compteur tourne encore.

Si l’on tient absolument à parler de série malgré ce qui précède, alors c’est une série qui tolère une exception pour chaque note — en un mot, une série détendue.

Quel que soit le degré de « détente » choisi, celui-ci, en revanche, ne peut fluctuer : il importe donc que chaque note soit utilisée le même nombre de fois avant que le compteur puisse repartir.

Exemples

[À compléter.]