Ne manquez pas de découvrir la série de vidéos Illustrated Music, présentées par Tom Johnson !

Retcon

Pour un '''Ouvroir de création Musicale Potentielle'''
Aller à : navigation, rechercher

La retcon est un jeu compositionnel inspiré de l’outil narratif du même nom.


Origine

Le mot anglais retcon, forgé à la fin du XX<super>e</super> siècle par contraction de l’expression retroactive continuity, désigne un procédé consistant à modifier une succession d’évènements après qu’elle a déjà été racontée -- il s’agit souvent d’une modification qui n’avait pas été prévue initialement par l’auteur, et s’insère donc a posteriori d’une façon plus ou moins maladroite. Ce procédé est particulièrement utilisé dans le cas de narrations sérialisées au long cours (feuilletons, séries télévisées, comics).

Dans le cadre de l’Oumupo, Valentin Villenave rumine une adaptation de cette idée sous la forme d’un pastiche musical devant répondre à une double contrainte thématique et stylistique.

Utilisation

La retcon musicale consiste à pouvoir dire (par exemple) :

Le saviez-vous&nsbp;? Le Canon de Pachelbel est à l’origine inspiré de la chanson No Woman No Cry. Une version préparatoire de l’œuvre, récemment découverte, prouve que Pachelbel possédait une connaissance intime de la chanson de Bob Marley et l’avait même largement plagiée, avant de se raviser pour finalement parvenir à la version que nous connaissons.

(La variante en sens inverse est possible, mais nettement moins amusante.)

Le principe de fonctionnement est donc le suivant :

  • choisir une œuvre-cible et une œuvre-source, d’époques différentes.
  • réécrire l’œuvre-source en tendant à la faire ressembler à l’œuvre-cible.
  • cette ressemblance doit apparaître progressivement (le début doit rester inchangé par rapport à l’œuvre-source).
  • cette ressemblance ne doit pas être perçue comme stylistiquement incohérente ni invraisemblable : en d’autres termes, le style d’écriture de l’œuvre-source doit continuer à gouverner l’ensemble du résultat.

Exemples

Ce jeu n’a, à notre connaissance, pas encore été pratiqué. Il se rapproche, toutefois, de certains exercices de type « À la manière de » qui se prêtent bien aux réarrangements anachroniques.