14-15 octobre 2017 : Après leur résidence de cet été, l’Oumupo et l’Oubapo s’associent à nouveau pour la Fête de la Science, au Vaisseau à Strasbourg !

Des contraintes, pour quoi faire ?

Pour un '''Ouvroir de création Musicale Potentielle'''
Aller à : navigation, rechercher
Au fond, je me donne des règles pour être totalement libre. — Georges Perec.

Depuis 1960, l’Ouvroir de Littérature Potentielle (OuLiPo) propose une approche expérimentale de la pratique littéraire, au moyens de contraintes formelles souvent délibérément harassantes. Un demi-siècle plus tard, le présent OuMuPo tente de faire de même en matière musicale, afin de chercher un degré encore supérieure de contrainte et de harassement. Mais pourquoi diable ? — objectera le lecteur qui ne n’est jamais trouvé en situation d’écrire, de compulser, de (re)composer ou de s’amuser avec les mots. Nous tentons ici d’apporter quelques réponses — potentielles, comme il se doit — à cette question.


  • Parce que c’est amusant. (Il faut, certes, bénéficier d’un sens de l’humour assez particulier.)
  • Parce que c’est un bon moyen de mettre de l’ordre, non seulement dans ce qui est écrit et à écrire, mais dans le monde en général, réel comme imaginaire.
  • Parce que c’est un remède au manque d’inspiration. (L’inspiration est la chose du monde la moins bien partagée. Après l’argent, bien entendu.)
  • Parce que c’est un moyen de libération. (Voir la citation ci-dessus.)
  • Parce que c’est une excuse pour dire des bêtises sans avoir l’air d’en dire.
  • [À compléter.]