Rendez-vous en 2018 pour de nouvelles rencontres Oumupiennes, notamment au printemps avec le Palais de la découverte !

Black MIDI

Pour un '''Ouvroir de création Musicale Potentielle'''
Aller à : navigation, rechercher

Le Black MIDI est une pratique consistant à saturer la tessiture d’un instrument synthétique au moyen de millions de notes (la notation sous forme de partition d’une telle piste, apparaissant ainsi entièrement noircie).

Approche esthétique

Très apprécié d’une frange de la communauté geek, ce procédé a notamment été utilisé pour restituer des musiques de jeu vidéo ou des mélodies pop japonaises.

Dans la plupart des exemples existants, le Black MIDI utilise la saturation de tessiture pour un effet soit rythmique, soit purement de masse sonore (rejoignant en cela certains aspects du metal le plus dense). L’harmonie et la mélodie principale ressortent simplement de par le mixage, et ne présentent pas d’intérêt en elles-même.

Sa dimension délibérément brouillonne et grossière s’inscrit dans la filiation d’une certaine culture geek/hacker, présente par exemple dans la "demo scene et la culture 8-bits, où la surcharge du langage permet de compenser la pauvreté de ses éléments constitutifs.

Utilisation

Si n’importe quel séquenceur MIDI peut faire l’affaire, les puristes préfèreront l’emploi d’un seul son de « piano » synthétique (par exemple avec des logiciels rudimentaires tels que Synthesia).

Exemples

  • Notre «oumupote» Gilles Esposito-Farèse nous a fait parvenir cette expérience consistant à faire entendre «les 2048 accords possibles de 1 à 12 sons allant du do au si, d'autant plus rapides qu'ils ont beaucoup de notes». Il s’agit par ailleurs d’un catalogue, quoique réalisé ici de façon entièrement synthétique.

Voir aussi