20 mai 2017 : l’Oumupo célèbre les 80 ans du Palais de la découverte, et la Nuit des musées !

Mononote

Révision datée du 30 janvier 2017 à 21:06 par VVillenave (discussion | contributions) (Open page)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Un monocorde est un instrument à son unique et fixe, utilisé de l’Antiquité à la Renaissance pour fournir une hauteur de référence. Par métonymie, l’Oumupo utilise ce terme pour désigner toute partition dont une voix au moins ne se joue que sur une seule note.

Classification

S’il s’agit évidemment d’une contrainte de hauteurs, l’utilisation de ce procédé affecte aussi le langage utilisé, voire, le rythme et la structure de l’écriture (les variations de note étant interdites, il faut en effet chercher d’autres moyens expressifs).

Utilisation

À son niveau le moins strict, cette contrainte ne s’applique qu’à une seule voix (que l’on peut nommer bourdon, drone ou pédale s’il s’agit de la basse) : s’il s’agit de la mélodie, alors les changements harmoniques sous-jacents permettent d’éclairer la note monocorde de différentes couleurs, avec des accords plus ou moins riches et plus ou moins consonants.

Une autre distinction à établir est celle de la nature de la voix monocorde : elle peut répéter la note (voire l’interrompre par des silences ou événements bruitistes), ou la tenir de façon indéfinie (dans le cas d’un langage de trames, ou de drone music, des évolutions de timbre et d’intensité compensent l’absence de rythme). Les variations microtonales, enfin, peuvent éventuellement jouer un rôle.


Exemples

Musique de variété

  • La référence la plus célèbre est certainement la Samba de uma nota só (One Note Samba) d’Antônio Carlos Jobim (1960).

Musiques anciennes

  • Le procédé du bourdon figure dans de nombreuses musiques traditionnelles : on peut ainsi penser aux tubes latéraux de la flûte hulusi chinoise, ou encore aux instruments de la famille des cornemuses.

Musique savante

  • Parmi les compositeurs de la deuxième moitié du XXe siècle, il faut évidemment citer Scelsi dont de nombreuses pièces sont écrites en monocordes : par exemple ses Quattro Pezzi Su Una Nota Sola (1959).
  • Tom Johnson, aujourd’hui membre de l’Oumupo, a autrefois consacré un podcast au compositeur Phill Niblock, impressionnant maître du langage minimaliste sur une seule hauteur.